Cv

 

 Mon parcours 

J’ai exercé durant 25 ans le métier de Luthier.

J’ai construit des violoncelles, restauré des instruments, passionnée par la musique, pratiquant de façon modeste et amateur d’abord la guitare classique puis ensuite le violoncelle.

En 1998 je reçois un véritable choc émotionnel et pictural en découvrant l’Aquarelle m’intéressant déjà depuis mon plus jeune âge à la peinture en général.

Très vite j’ai souhaité apprendre à travailler ce médium qu’est l’aquarelle.

J’ai inlassablement durant de nombreuses années essayé de parfaire les compétences techniques requises pour ce médium très particulier.

Lorsque je travaille avec l’eau , je rentre dans un état méditatif, ou l’effort de concentration que l’aquarelle requiert me fait oublier qui je suis pour ne devenir qu’une avec l’eau et le papier. L’humilité que je rencontre m’aide à comprendre un peu mieux ce qui nous entoure.

Depuis quelques temps déjà, je peins en techniques mixtes, me permettant d’utiliser de la gouache, de la tempera, de l’acrylique, du pastel…et aussi bien sûr l’aquarelle. Ma liberté de peindre s’en est trouvée augmentée, ne m’interdisant rien pour donner libre cours à la création de mes tableaux.

J’enseigne l’Aquarelle à Toulouse sous forme de cours d’une journée entière , ce qui permet aux élèves d’approfondir la pratique de cet art.

j’expose dans des galeries et de nombreux salons.

Françoise Verdier écrit:

« Le peintre est un chercheur. Il a besoin de se retirer du monde pour pouvoir s’extraire du temps des hommes, pour rentrer dans celui de la méditation et il n’y a que le silence qui permet ça. » 

JP Gavart Perret, critique d’Art, a dit de mon travail:

“Choisir l’aquarelle revient à prendre le maquis avec les risques que cela implique mais que l’artiste assume. Entre la figure et le souffle s’inscrivent des lignes, des volumes, des couleurs moirées. Elles ouvrent les cadenas de la visibilité dans l’invention illuminatrice par l’intérieur et à travers une grande liberté énigmatique qui ne s’apprend qu’avec le temps. Bref « au fur et à mesure ». Et pour s’approcher plus près qu’il est permis de l’inconnu.”

« La musique mène à tout. Après avoir créé des instruments pour « le plus abstrait des arts » Evelyne Delfour ouvre par son travail à la saveur du toucher. Le dessin et surtout à l’aquarelle accorde aux temps et aux lignes un profil particulier. Dans les fluides le jeu la fusion des pigments et leur incrustation après séchage crée un tissu particulier. Si bien que la dualité abstrait / figuratif tombe d’elle-même à la recherche d’un paysage originel au sein de divers bouleversements et de plusieurs types de tensions. Il s’agit d’inscrire une trace dans ce laisser aller qu’impose l’aquarelle même si l’artiste connaît l’art de le contrôler pour déployer son imaginaire. Il inscrit un autre séjour dans le monde et valorise des horizons singuliers afin dépasser les cloisonnements identitaires et les écueils des frontières entre – justement – les concepts d’abstraction et de figuration. »